This is an example of a HTML caption with a link phana.

LES DERNIÈRES FÊTES

les Ière Fêtes Médiévales (1996) - VIIIème centenaire de la charte de MONTFERRAND

En 1996 les fêtes Médiévales de Dauphin d'Auvergne eurent pour théme:
"VIIIème centenaire de la charte de MONTFERRAND"

Retiré dans ses terres de Vodable, Dauphin d'Auvergne, un des troubadours les plus célèbres de son temps, laissa ses terres à sa femme, la Comtesse G et leur fils Guillaume. ils octroyèrent aux Montferrandais une charte permettant aux habitants de s'administrer eux-mêmes. En outre, de nombreux avantages fiscaux, des lots constructibles, offerts gratuitement aux nouveaux venus, attirèrent de nombreux commerçants, et des foires de grandes renommées se formèrent.


Josiane TEYSSOT Agrégée et docteur en en Histoire Médiévale



LA CHARTE DE FRANCHISE

Dans beaucoup de villes du nord et du midi, des cités ont obtenu de leur seigneur, dès le début du XIème siècle,des Chartes de Franchise.

En effet, celui-ci pouvait y trouver plusieurs avantages : en renonçant à une part de son autorité et de ses redevances, il pouvait recevoir, en contrepartie, une grosse somme d’argent qui renflouait ses caisses, au moment de la signature ou de la confirmation, et pouvait espérer un développement de la cité, ce qui allait lui rapporter de nouveaux revenus.

La Charte de Montferrand, octroyée en 1196 par la Comtesse et son fils Dauphin d’Auvergne, est en réalité la troisième du nom, mais elle est remarquable en plusieurs points.

Ainsi :[ …Monseigneur Guillaume, Comte de Clermont et sa mère la Comtesse, ont donné à tous les hommes et à toutes les femmes qui prendraient maison ou auraient en la ville de Montferrand bons usages et bonnes coutumes…]

Suivent 125 articles dont les 94 premiers pourraient être datés de 1196

• Art.8 Si l’on prend un peazo (terrain à bâtir), on doit y bâtir dans un délai d’un an, ou du moins le clore ; une fois le terrain bâti ou clos, même s’il est à l’abandon, le tenancier ne le perd pas, à condition de payer le cens au seigneur.

Les étrangers ont même la possibilité de s’affranchir de leur seigneur :

• Art.9 Si un homme étranger soupçonné de servitude vient résider à Montferrand, s’il n’est pas réclamé dans un délai d’un an et un jour, il peut rester dans la ville comme un homme franc et il n’est tenu de répondre qu’à la communauté.

Mais surtout les Montferrandais étaient assurés de conserver leur bien même en cas de guerre,

• Art.83 Nul homme de Montferrand n’est tenu de suivre le comte en ost (guerre), ni en chevauchée, sauf s’il est spolié, et s’il les mène, ils ne doivent pas aller plus loin qu’ils ne puissent revenir le soir à Montferrand.

Ils n’ont même pas à acquiter de droit de sépulture, puisque le cimetière leur a été légué par le comte.

Mais le plus important pour l’enrichissement personnel des Montferrandais, est que la charte permet de taxer les marchands étranger et non les commerçants de Montferrand (la taxe s’appelle la « leyde ») (29 articles sont consacrés au détail des leydes dus selon les types de marchandises)

• Art.38 Marchands de draps, d’objets en fer, de fourrure, de cordouan, de cuir, de chaussures ou d’autres marchandises, qui viendront au marché ou à la foire donneront 6 deniers par an, soit 2 deniers par foire.

• Art.41 Une charretée de poisson, 6 deniers

• Art.64 Pour un boucher trois cuisses de vache ou 2 sous

etc.…

• Art.39 Si un marchand vient à Montferrand et y déballe sa marchandise mais ne vend rien, il ne donnera pas de leyde

Les pourboires au collecteur de taxe sont mêmes interdits :

• Art.55 Le leydier qui porte la carte, ne doit rien prendre pour la remettre, mais doit se contenter de la leyde.

Mais en contrepartie de la leyde, les marchands forains étrangers sont protégés, ce qui était rare à l’époque et qui a fait le succès des foires de Montferrand par rapport à celles de Clermont

Les Consuls y apparaissent aussi comme les uniques administrateurs de la Cité.

Même si le Comte conserve un droit de justice par l’intermédiaire de son Bayle, il doit fréquemment demander l’avis des Consuls. Les Montferrandais peuvent même être quitte, en cas de désaccord en jurant :

• Art.112 S’il y a contestation sur le paiement du cens entre le comte et un habitant, si celui-ci affirme par serment qu’il a payé, il doit être cru.

Les Montferrandais sont même libres de se faire justice eux-mêmes :

• Art.102 Si des gens venaient à Montferrand pour faire du mal ou pour prendre des gages et que les hommes de Montferrand marchassent contre eux, que des coups fussent donnés et qu’il y eut mort d’homme, ils ne sont pas tenus d’en répondre au comte.

Nommés pour un an, Les consuls gèrent le bien commun et peuvent même compter sur l’appui des gens d’arme du Comte en cas de résistance :

• Art.52 Si les consuls veulent lever denier de la ville pour les besoins de celle-ci et si quelqu’un fait difficulté, le bayle ou ses hommes doivent réduire sa résistance à la requête des consuls.

Mais la charte intervient aussi dans la vie intime des Montferrandais ainsi elle protège les épouses des défaillances de leur mari (ce qui n’est plus le cas actuellement):

• Art.109 Si un homme de Montferrand ayant épouse et enfant était frappé d’une amende envers le seigneur pour une cause quelconque, l’épouse ne doit pas perdre sa dot pour une faute que son mari a faite, de même les enfants.

En revanche l’adultère est sévèrement réprimandé :

• Art.99 Qui couche avec l’épouse d’un autre, si c’est prouvé, on doit les faire courir par la ville et il est taxé de 60 sous envers le Comte à sa discrétion.

• Art.101 Si un homme s’enfuit avec l’épouse d’un autre, ou si une femme s’enfuit avec l’époux d’une autre, ils ne doivent pas revenir jusqu’à ce que, avec l’accord du seigneur et des Consuls, la Sainte Eglise ne les l’y autorise.


Ainsi, d’après Pierre Charbonnier, qui a étudié de nombreuses chartes, celle de Montferrand n’est pas très originale, cependant, elle avait acquis une bonne réputation dans la région puisqu’elle a servi de modèle à de nombreuses cités d’Auvergne, comme Besse, le Cendre, Olliergues et même plus loin (Drôme, Forez, Berry).



Haut de page

 

Fêtes médiévales 2018
Fêtes médiévales 2017 – Santé et bien-être au Moyen Age
Fêtes médiévales 2016 – Les bâtisseurs
Fêtes médiévales 2015 – Les métiers anciens
Fêtes médiévales 2014 - La Légende du Roi Arthur
Fêtes médiévales 2013 - Les Templiers et Montferrand
Fêtes médiévales 2012 - Jean de France, Duc de Berry
Fêtes médiévales 2011 - Les Jeux au Moyen Âge
Fêtes médiévales 2010 - La guerre du pain et la création du grenier à sel
Fêtes médiévales 2009 - Le sac de Montferrand
Fêtes médiévales 2008 – Les foires de Montferrand
Fêtes médiévales 2007 - La lèpre à Montferrand
Fêtes médiévales 2006 - Montferrand vendu...
Fêtes médiévales 2005 - Du Guesclin à Montferrand
Fêtes médiévales 2004 - Les prisonniers de la tour Bonan
Fêtes médiévales 2003 - Le mariage royal de Philippe le Hardi
Fêtes médiévales 2002 – Les faux monnayeurs
Fêtes médiévales 2001 - Le feu de Montferrand
Fêtes médiévales 2000 - L'an mil en Auvergne
Fêtes médiévales 1999 - Le marc d'or de Montferrand
Fêtes médiévales 1998 - La venue d'Henry II, roi d'Angleterre
Fêtes médiévales 1997 - Le mariage de Guillaume d'Auvergne
Fêtes médiévales 1996 - 7ème centenaire de la Charte de Montferrand

 

 

 

                               Il était une fois Montferrand 2013.
Tous droits réservés.
Site réalisé par Bluepage.fr